• 13 et 14 juillet : le choc de l'incroyable accord

    L'accord est conclu lors du sommet des 19 qui s'est terminé le 13 juillet, qui définit le cadre des négociations pour un 3e plan d'aide à la Grèce. Que va-t-il se passer maintenant, qui sera lourd de conséquences pour la Grèce, mais également pour l'ensemble de la zone €.

     

    Entre aujourd'hui et après demain, première échéance pour que les grecs entérinent cet accord, quelle nouvelle Bastille sera-t-elle refondée ou reprise ? Les grecs en sont l'enjeu manifeste, et les acteurs de premier plan.

    Je continuerai à relayer de l'information, des analyses et des positionnements.

    Et nous? Les commentaires (à la fin de l'article) sont ouverts pour livrer vos réactions. Je viens de les initier avec un petit texte bien émouvant de mes amis de Troll.

     

    EN GRECE

    Panagiotis Grigoriou écrit lundi matin sur son site greekcrisis :  

     Atrocités allemandes
    « Nous sommes en guerre contre les élites mafieuses de l’Allemagne néo-impériale. L’Europe comprend, la France est à l’étroit, le monde observe. »
    « “Le gouvernement devait être conscient depuis janvier, qu'en allant négocier à Bruxelles, il se retrouverait face aux chiens. Et face aux chiens SYRIZA aurait dû préparer le peuple à la guerre”, remarque Costas Arvanítis [journaliste de radio Syrisa]. »

    « … les agresseurs de notre pays et de notre société, exigent la suppression de TOUTES les Conventions collectives ainsi que la “libéralisation” totale des licenciements. »
    « Le mémorandum III est très précisément calculé pour frapper durement les classes moyennes et populaires et autant la démocratie. »
    « Pour mon ami F., Syriziste depuis... les années 1960, “c’est tout de même d’une victoire qu’il s’agit. La zone euro est un château branlant et cela se voit. L’Allemagne a certainement emporté sa dernière partie du jeu. Tôt ou tard, les autres peuples et nations se rebifferont contre l’imperium germanique. La brèche a été ouverte. L’essentiel est que SYRIZA reste au pouvoir et qu’à la prochaine occasion la bataille reprendra. La radicalisation des opinions en Grèce et en Europe fera le reste… Attendons, patentons et préparons le peuple et la Résistance d’en bas. Y compris en réorganisant notre économie autrement et enfin être prêts à quitter la zone euro dans d’autres conditions.”. »
    « Pour la revue Spiegel, la liste des mesures imposées à la Grèce s’apparente... à une liste d’atrocités. Un journaliste allemand s’adressant à Angela Merkel, a comparé l’accord du jour au Traité de Versailles. »

     

    Les vraies raisons de la démission de Varoufakis : sa ligne avait été mise en minorité
    Dans un entretien dans le magazine New Statesman, il dit qu’il avait voulu émettre des reconnaissances de dettes en euros, appliquer une décote sur les obligations grecques détenues par la BCE depuis 2012, pour réduire d’autant la dette, et prendre le contrôle de la Banque de Grèce des mains de la BCE.
    Lire l’article dans le Monde 

    L'article en entier traduit par monica M. sur son blog Mediapart qu'on peut consulter en clair

     

    ANALYSES ET POSITIONNEMENTS

    Communiqué de Syriza-Paris : NON !!!
    14 juillet 2015 | Par boudinovitch
    « Placés sur ce carrefour critique, celui où se trouve le gouvernement qui a été élu pour réaliser les espoirs et les revendications du peuple grec, mais aussi de toute la Gauche européenne, nous devons clamer haut et fort NON ! PAS UN SEUL PAS EN ARRIERE ! »
    « Aucune concession aux exigences des « partenaires » sur le droit du travail, la protection sociale, les privatisations, la fiscalité.
    Application immédiate de l’ensemble du programme de Thessalonique, qui est notre contrat avec le peuple grec et la substance des déclarations de programme du gouvernement. Réalisation immédiate des déclarations de programme, votées majoritairement par le Parlement après la constitution du gouvernement. Que le message clair du peuple grec, qui a catégoriquement rejeté au référendum récent toute forme de mémorandum, ne soit pas mésinterprété.
    Que l’accord du 13 juillet reste lettre morte et qu’il soit invalidé. Aucune mesure contraire aux aspirations du peuple ; des mesures immédiates pour le soulagement du peuple et la relance de l’économie grecque, aux antipodes des politiques exercées. »
    Lire le communiquée en clair sur Mediapart

     

    La vraie nature du troisième mémorandum
    Par Romaric Godin | 15/07/2015 – La Tribune
    "Le rapport du FMI sur la viabilité de la dette grecque a été perçu comme un « soutien » aux demandes de restructuration d'Alexis Tsipras. Mais son mérite n'est pas là. Il met au jour avec une clarté bienvenue le nœud des six derniers mois de négociations, et pourquoi, au final, ces dernières se sont achevées par une reddition de la Grèce. Ce que le FMI répète (il en est convaincu depuis longtemps), c'est que sans travail sérieux sur le poids de l'endettement public grec, aucun accord n'est réellement raisonnable."

     

    Une alternative est possible au plan négocié entre Alexis Tsipras et les créanciers à Bruxelles
    13 juillet par Eric Toussaint
    Il considère que « Sans prendre des mesures souveraines fortes d’autodéfense, les autorités et le peuple grecs ne pourront pas mettre fin à la violation des droits humains perpétrés à la demande des créanciers. »
    « En suspendant le paiement de la dette, les autorités grecques amèneraient les créanciers à faire des concessions. Une réduction radicale du montant de la dette pourrait en découler soit par la voie de la négociation, soit par celle de la répudiation. Il est possible de rester dans la zone euro tout en prenant de manière souveraine une série de mesures d’autodéfense et de relance de l’économie. »
    « A côté de la suspension du paiement de la dette illégitime, illégale, odieuse et insoutenable, voici quelques propositions à soumettre d’urgence au débat démocratique car elles sont de nature à aider la Grèce à se relever. »
    Lire en entier sur le site du CATDM (Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde)

     

    Jeffrey Sachs : « Les Etats puissants seront rattrapés par les souffrances qu’ils infligent»
    Christian LOSSON – Liberation – 14 juillet 1789

    Jeffrey Sachs est directeur du Earth Institute à l’Université de Colombia et conseiller de Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, sur les enjeux de développement.

    « … depuis l’arrivée au pouvoir de Syriza en janvier, les responsables allemands ont à peine contenu leur fureur de voir un gouvernement de gauche radicale d’un petit pays en faillite oser défier l’une des plus puissantes économies de la planète. Ils vont gagner. Comme les mouvements de la droite radicale et de l’extrême droite, qui vont capitaliser sur la tragicomédie de ce dernier Conseil européen, qui traduit un échec absolu de la prise en compte des intérêts d’un pays vulnérable. »
    Lire l’article

    La défaite de la Grèce, la défaite de l'Europe
    Par Romaric Godin | 13/07/2015 – La Tribune
    "Les dirigeants de la zone euro ont imposé un accord aux conditions encore plus dures, presque punitif, aux Grecs. Mais la défaite d'Alexis Tsipras résonne comme une défaite pour toute la zone euro. Il est donc possible de faire d'un pays de la zone euro une forme moderne de protectorat financier. C'est là encore un dangereux cadeau fait aux Eurosceptiques qui auront beau jeu de venir se présenter en défenseurs de la souveraineté populaire et de la démocratie."
    Lire l’article

     

    Crise Européenne dans le sillage de la crise grecque
    « Une Allemagne nouvelle se révèle, prête à passer par-dessus bord la sacro-sainte entente franco-allemande (d'où les tensions très fortes de ces derniers jours), prompte à mettre en scène ses soutiens en Europe centrale (Pays baltes, Slovaquie, Pologne) et en Europe du Nord (Pays-Bas, Finlande) pour s'imposer à tous. »
    « C'est [le] projet d'une Europe ouverte, multiple parce que pluraliste, solidaire mais non uniforme, laissant aux États membres de larges marges de manœuvre politiques sans lesquelles il n'y a pas de démocratie, que l'Allemagne se révèle aujourd'hui combattre farouchement avec l'exemple grec. »

    Article François Bonnet Mediapart

     

    Twitter : ce hashtag qui accuse l'Eurogroupe de coup d'Etat contre la Grèce
    La liste des réformes exigées de la Grèce par ses créanciers pour mettre en route les négociations sur un troisième plan de sauvetage a déclenché la colère de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. #ThisIsACoup ("C'est un coup d'Etat") est devenu le deuxième hashtag le plus utilisé sur Twitter, dimanche et lundi matin. Il a recueilli l'approbation du prix Nobel d'Economie Paul Krugman.
    Lire l’article de la Tribune

     

    Capitulation

    Par · 13 juillet 2015

    "Au petit matin de ce lundi 13 juillet, le Premier-ministre grec, M. Alexis Tsipras, a fini par capituler. Il a capitulé sous les pressions insensées de l’Allemagne, mais aussi de la France, de la Commission européenne et de l’Eurogroupe. Il n’en reste pas moins qu’il a capitulé."

     

    Pour Emmanuel Todd, l’Europe est en train de se scissionner : nord contre sud.
    « … si le fantôme de Fernand Braudel (grand historien français: 1902-1985) ressortait de la tombe, il dirait que nous voyons de nouveau apparaître les limites de l’Empire romain. Les pays vraiment influencés par l’universalisme romain sont instinctivement du côté d’une Europe raisonnable, c’est-à-dire d’une Europe dont la sensibilité n’est pas autoritaire et masochiste, qui a compris que les plans d’austérité sont autodestructeurs, suicidaires. Et puis en face, il y a une Europe plutôt centrée sur le monde luthérien – commun aux deux tiers de l’Allemagne, à deux pays baltes sur trois, aux pays scandinaves – en y rajoutant le satellite polonais – la Pologne est catholique mais n’a jamais appartenu à l’empire romain. »

    Télécharger « todd.pdf »

     

    L'ACCORD

    A quoi SERAIENT obligés les Grecs immédiatement? pour que les négociations puissent commencer pour un nouveau plan ?

    D'ici mercredi 15 juillet:

    La réforme de la TVA, le lancement de la réforme des pensions, l’indépendance de l’office des statistiques et l’instauration de coupes budgétaires quasi-automatiques en cas de déviation des règles du Pacte budgétaire, l’adoption d’un nouveau code de procédure civile et la transposition de la directive européenne BRRD sur la résolution (liquidation) des banques faillies.

    Cette échéance du 15 juillet est cruciale, pour le parlement grec, mais également pour le peuple qui aura à manifester massivement s'il considère que ce cadre est irrecevable.

    Et ensuite?

    Des mesures portent notamment sur la libéralisation dans différents secteurs économiques, dont l’énergie, mais aussi du marché de l’emploi.

    Un fonds doit être créé, dans lequel des actifs de l’État grec (incluant les banques grecques à recapitaliser) seront transférés, pour une valeur de 50 milliards d’euros. Le fonds devra générer de l’argent, soit par des privatisations, soit en générant des profits par une gestion dynamique des actifs.Après remboursement des probables 25 milliards utilisés pour recapitaliser les banques, le reste des profits du fonds sera affecté pour moitié seulement au remboursement de la dette publique grecque, l’autre moitié étant destinée à être investie dans l’économie réelle grecque.

    Le gouvernement grec s’engage à mener "un programme ambitieux de modernisation et dépolitisation de son administration. Il sera assisté en cela par la Commission européenne."

    La perspective d’une renégociation de la dette publique, mais « aucune réduction de la valeur nominale de la dette ne sera entreprise ». Ce qui laisse la possibilité d’une réduction non nominale, c’est-à-dire l’allongement de la durée des prêts, ou la réduction des taux d’intérêt.

    Concernant l'ex-troïka, le gouvernement grec devra « normaliser les méthodes de travail avec les Institutions, en ce inclus le travail nécessaire sur le terrain à Athènes… »

    Lire les détails dans La Tribune de Genève

    le texte intégral de l'accord

    Ensuite la Grèce aurait des sous qui augmenteraient sa dette.

    Comment Tsipras va-il expliquer et justifier, devant les Grecs qui ont voté NON à 60%, et à l'aile gauche de son parti, son obstination à aboutir à un accord ?

    Toutefois - ne l'oublions pas - ne n'en sommes qu'au début possible de nouvelles négociation en vue d'un 3e plan d'aide. Il s'agit là d'un cadre, certes accepté par Tsipras, mais le résultat n'est acquis ni d'un côté, ni de l'autre.

     

    LES CONSEQUENCES

    Quoiqu'il en advienne pour la Grèce, le processus en cours depuis plus de 5 mois a le mérite de faire bouger les lignes sur la question complexe des politiques austéritaires en Europe, du pouvoir concédé par les traités concernant les politiques économiques des Etats membres, et par conséquent de la souveraineté des peuples.

    Le référendum grec, à ce titre, peut être considéré comme "une subversion car il invite les citoyens à arbitrer sur un domaine qui reste l’apanage des gouvernants et de leurs experts : la politique économique", considèrent  Sandra LAUGIER professeure de philosophie à l’université Paris-I Panthéon Sorbonne et Albert OGIEN Sociologue, directeur de recherche au CNRS.

    Lire leur article

    La grave question de l'endettement des Etats est également posée en des termes infiniment plus flagrants, avec le rapport de la commission indépendante. Une série de recours en justice pourrait faire évoluer les moeurs sur cette question, à commencer par la poursuite de Goldman Sachs pour avoir aidé la Grèce à maquiller ses comptes afin de cacher sa dette à ses partenaires européens. Lire l'article de Marc Roche pour le Point

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Juillet 2015 à 10:51

    Voilà ce qu'écrivent mes amis Thierry et Françoise sur Troll, ce matin:

    Sur Troll, nous chérirons longtemps ce que nous venons de vivre, malgré les moqueries, malgré la déroute.

    Ce qui vient de se passer laissera, sur le plan des idées, et quoi qu'il en soit advenu, d'importantes empreintes. Et un ébranlement bienvenu des certitudes. Dans tous les camps.

    Je le reconnais: Après avoir démontré qu'il était possible de dire "non", calmement, sans même se révolter, il a été montré, qu'en fait, toute tentative de sortir du cadre imposé, du "droit chemin" était impossible et que les comptables, la sociale démocratie, les penseurs d'un monde ou seul le Profit a de l'importance, comme du temps du commerce triangulaire et depuis, ont incontestablement, et encore une fois, gagné la bataille. Pour l'éternité semble-t-il.

    Que ce soit pour le bien des peuples reste à être démontrer.

    La comptabilité, c'est pas de la politique. Et son règne  détourne les gens de l'idée même la politique.

    Car cette politique-là n'apporte aucun autre horizon que celui des alignements gris des  placards ou sont rangés les listings informatiques avec des colonnes "-" et "+", afin de savoir si les "ratios", les nouveaux Dieux de ce monde, sont respectés ou pas

    Alors, de notre point de vue, sur Troll, pitoyables bobos soixante huitards attardés, stupides, certes, mais peu cyniques et amateurs de rêves, d'utopie et d'espoir,

    si cet épisode, au final, a pu donner à quelques jeunes âmes, l'envie de "faire de la politique", sans passer par les écoles de technocrates, de rêver, pour l'inventer, à une autre façon d'envisager l'avenir, au lieu de se morfondre dans l'acceptation morbide des "choses comme elles sont", alors oui, oui et trois fois oui, cet épisode aura été utile à défaut d'être véritablement salvateur

    Car nous tous, qui écrivons ici, allons mourir, tout bientôt. Quasi maintenant.

    Et nous aurons si peu agi pour ce monde change.

     

    Thierry & Françoise

    2
    sandrine et roland
    Mardi 14 Juillet 2015 à 20:47
    Merci roland, thierry, francoise pour les informations, les textes, les ressentis. Et faites qu'il reste encore beaucoup " d"attardés bobos soixante huitards" comme vous pour nous donner l"envie d"y croire encore et de nous insurger contre l"intolérable...
    3
    Leroy
    Vendredi 17 Juillet 2015 à 14:25

    Bonjour de Paris


    une analyse des économistes atterrés voir aussi leur manifeste


    http://www.atterres.org/article/la-leçon-grecque


    Cordialement


    Marie-Sophie


     

    4
    Leroy
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 09:12

    Bonjour

    Une Vidéo intéressante sur la dette une spirale infernale.

    https://m.youtube.com/watch?v=vH2OQZVaDQY

    amicalement

    Marie Sophie

     

     



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :