• A Mykonos : capote de descente suite et fin

        

    Après le départ du dernier équipage, quelques jours avec une météo perturbée me font rester à Mykonos et m'atteler à la dernière partie de la couverture du cockpit.

    Mi-septembre, j'avais déjà fabriqué la capote proprement dite,

    a b

    avec le panneau avant escamotable pour laisser passer l'air au mouillage.

    d

     

    Les pluies se produisant plus fréquemment ces derniers temps, j'ai réalisé ces jours-ci une jonction entre la capote et le bimini, utilisable au port et au mouillage, et éventuellement pendant des parcours au moteur ou génois seul, sous pluie continue et ne nécessitant pas trop de visiblité, en traversée par exemple (le système nécessitant de déporter la bôme sur la filière, le port de la grand-voile n'est pas envisageable avec cette configuration).

    Bien entendu, cette extension sera bienvenue également en plein été, pour protéger le cockpit du soleil, sans avoir à gréer le fastidieux taud de soleil.

    Il n'y a pas d'électricité au quai de Mykonos, mais la merveilleuse machine à coudre Sailrite ne nécessitant que 200W, j'ai pu la faire fonctionner sans problème branchée sur le convertisseur 12V-220V.

    1 capote prolong ext avant (Copier)

    2 capote prolong ext côté (Copier)

    3 capote prolong dessus (Copier)

    Vue d l'intérieur du cockpit:

    4 capote prolong intérieur (Copier)

    Les côtés de cette extension sont relevables, pour favoriser l'aération. 

    5 capote prolong int relevé (Copier) 6 capote prolong ext relevé (Copier)

    Grand merci à Thiery Muller, sellier de son état, pour son "pas à pas", puis ses conseils à distance, qui m'ont permis de réaliser la capote, puis d'étendre la méthode à la jonction capote-bimini. J'ai beaucoup appris depuis le remplacement de la toile du bimini en mai dernier.

    Demain, je quitterai Mykonos pour l'ouest, et remonterai progressivement vers le nord, pour être fin du mois dans le golfe d'Eubée-sud, où le bateau sera tiré au sec pour l'hivernage. Retour en France le 16 novembre.

    Si je trouve encore un moment avant le désarmement, je m'attaquerai aux protections latérales et arrière du cockpit (contre la pluie, mais également le soleil rasant des fins d'après-midi estivales). J'ai une idée qui permettrait d'utiliser pour cela le taud de soleil, sans pour autant compromettre son utilisation d'origine, lorsque la capote est superflue.