• Ah, la bonne blague !

    Cet article pour relayer la révolte de mon ami Thierry, du bateau Troll, sur son site, et sur sa page Facebook.

    En voici le texte intégral :

    Ah, la bonne blague !

     

    D'un côté, avant-hier, « Macron-Président ravi », qui, en visite à Mayotte, sans aucune pression particulière, plaisante, souriant de toutes ses dents" Le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien !"

    De l'autre, il y a plus d'une semaine, "Mélenchon-leader en rogne", qui, en meeting, contre-attaque : " Cazeneuve, celui qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse"

     

    D'un côté, un "trait d'humour malheureux", reconnait-on du côté de l'Elysée et des médias qui "noient le poisson" (oui, moi aussi je peux faire des "traits d'humour malheureux"!)

    De l'autre, un terme trop fort, certes, transformé à l'instant en une "ignominie", unanimement condamnée, valant menace de procès et mise à l'index immédiate de toute la sphère médiatique.

     

    D'un côté, une "anecdote", qui glisse inexorablement, et en à peine 48 heures, vers l'oubli des pages intérieures des quotidiens.

    De l'autre, un "scandale" qu'éructe la déesse médiatique, de toutes ses cent bouches offusquées et une véritable liquidation en règle du mouvement France Insoumise pour cause " de propos injurieux" de la part de son représentant plus exposé.

     

    Mais dites, sérieusement, elle est de quelle côté, l'injure véritable ? Du côté du Président parfait qui se gausse de milliers de noyés ou du côté de l'insoumis, fut-il excessif, qui remet à sa place un responsable politique ?

    Car il y a, il me semble, plus qu'un véritable gouffre, entre celui qui se permet de faire un "mot", en voyage officiel, avec un visage d'ange, paré de tous les ors de la république", de moquer un indicible et épouvantable drame humain,

    et celui qui pointe, les traits tirés par l'usante lutte, la responsabilité d'un "ministre de l'intérieur au moment des faits" de ce qui semble bien constituer, somme toute et jusqu'à preuve du contraire, un véritable homicide d'état.

     

    Pendant ce temps, on titre en une "Français de l’étranger : "Razzia en vue pour les candidats de Macron"...

     

    Nul besoin d'être comorien et d'aller à la noyade dans un kwassa kwassa, pour s'en désoler et pour constater que le fossé des inégalités se creuse, à grand coup de pelleteuse spéculative par les conducteurs de travaux du monde cynique des Macron de tous les pays, fosse commune où l'on jette, pèle mêle et avec un sourire béat d'autosatisfaction, tous les miséreux de la planète.

     

    Ah la bonne blague ?

    Non, définitivement, il n'y a vraiment pas de quoi se marrer.

     

    (Thierry Chantrel, à Skala Loutra, Lesbos, le 6 juin 2017)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :