• en vrac

    Nouveaux éclairages et infos transversales.
    Principe de la rédaction des articles, à Partir du 28 août 2015.

    En cours d'élaboration - Mise à jour du 17 septembre

    Vite une « loi Lagarde » pour la Grèce !
    Le Monde.fr | 04.09.2015
    Appel de Bernard Cherlonneix (Président de l’Institut pour le renouveau démocratique) et Bertrand de Kermel (Président du Comité pauvreté et politique)
    « … [la] « loi Lagarde » est une loi de juillet 2010, qui concerne le crédit revolving et le surendettement des particuliers et prend rang dans le droit de la protection du consommateur (en la circonstance en matière de services financiers). »
    « Transposée à un Etat, elle est établie … si la croissance de la dette, mesurée en pourcentage de PIB, est durablement supérieure à celle du PIB, la situation d’endettement ne peut [alors]que s’empirer, elle est explosive, et socialement désespérante.
    « … programme parfaitement transposable mutatis mutandis à la Grèce. Elle contient toute la palette des outils de rémission dont le FMI pourrait s’inspirer… »
    « A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : pour réaliser cette rémission extraordinaire, qui rendrait l’espoir à tout un peuple, autrement voué à une forme de moderne esclavage humainement inenvisageable, il suffirait que les Etats décident la création d’un consortium public de la (mauvaise) dette grecque et lui confient cette mission d’apurement progressif de la dette par l’excédent primaire exigé, ou plus simplement encore qu’ils décident, ils sont après tout les autorités de réglementation bancaire, un traitement comptable spécifique de la dette publique grecque la cantonnant dans le bilan des banques commerciales et centrales durant toute sa période d’amortissement. »
    Lire l’appel

     

    Eric TOUSSAINT : pourquoi la capitulation ? Une autre voie est possible
    Version texte de la vidéo du même nom - 7 septembre 2015
    Éric Toussaint analyse de manière critique l’attitude de Syriza en ce qui concerne la dette depuis 2010, pour expliquer comment le gouvernement grec en est venu à signer l’accord funeste du 13 juillet 2015. Une des explications fondamentales est la non prise en compte de l’audit de la dette qui aurait pourtant permis, en suspendant son paiement, de ne pas se soumettre aux diktats des créanciers. Éric Toussaint présente un plan B portant sur la dette, les banques, l’austérité, la monnaie et la fiscalité.

     

    Le Parlement européen veut avoir un droit de regard sur la « troïka »
    Le Monde.fr | 03.09.2015 | Par Cécile Ducourtieux

     

    Le programme grec de privatisations

    présenté le 1 septembre par Okeanews, en français, source: thepressproject.gr

     

    Dans son discours du 23 août à Frangy, Varoufakis raconte l’écrasement du printemps grec
    Traduit par Monica M. sur son blog Mediapart
    Quelques extraits :
    « Un enfant de dix ans pourrait dire que la personne en faillite ne peut pas s'en sortir avec de nouveaux prêts si on lui impose des conditions faisant chuter ses revenus. »
    Mais « Ceux qui dirigent le spectacle en Europe sont prêts à verser beaucoup plus d'argent de leurs contribuables dans la fosse sans fond grecque, pendant que les Grecs souffrent, si c'est la seule façon qu'ils ont de perpétuer leur contrôle sur leur propre peuple. »
    « La Grèce est un champ de bataille sur lequel une guerre contre la démocratie européenne, contre la démocratie française, a été tentée et testée. »
    « … nous laissons nos dirigeants faire quelque chose qui ne peut pas être fait: dépolitiser l'argent, pour faire de Bruxelles, de l'Eurogroupe, de la BCE, des zones franches apolitiques. »
    « … l'histoire de l'humanité est l'histoire de la lutte de classes. La seule force politique qui l'a oublié est la ... Gauche. »

    >> Pour mémoire, pour mieux cerner les contours ambigus du "bonhomme": l'excellent dossier Varoufakis dans le Monde

     

    Syriza-Paris : démission des deux coordinateurs
    Après l’appel du bureau de Syriza-Paris, le 14 juillet dernier, « Que l’accord reste lettre morte et non valide », qui demandait que la parole soit rendue au parti et à ses organes,
    8 membres de Syriza-Paris ont démissionné le 23 août. Leur déclaration.

     

    Devant nous, aujourd’hui, ce monstre qui nous gouverne s'est assis sur la souveraineté d’un des nos peuples ; et nous laissons faire. Honte à nous!

    Grèce politique

        

     

    Principe de la rédaction des articles, à Partir du 28 août 2015
    Je tente de formaliser quelque peu le résultat de mes tâtonnements de ces derniers mois.
    Désormais, toute thématique nouvelle, liée à l’actualité du moment qui me semble digne de réflexion et de partage, fera l’objet d’un article séparé.
    La réflexion elle-même et son alimentation par des contributions, soit d’auteurs et de parutions, soit de commentaires et d’apports de lecteurs du blog, s’étale sur une période non déterminée à l’avance.
    Les article seront pendant cette période sous-titrés en rouge « en cours d’élaboration, mise à jour du… ». Leur chapeau apparaîtra en couleur bordeaux foncé. Et dans le corps de l’article, les ajouts et transformations seront de la même couleur pendant deux ou trois jours, puis en noir (sauf les liens qui sont toujours en bleu).
    Lorsqu’un article est terminé, son chapeau devient noir.
    Des informations transversales, ou des éclairages nouveaux concernant des articles anciens seront provisoirement regroupés dans une rubrique « en vrac », placée en tête du dossier « Grèce politique », avant d’être périodiquement introduit dans les articles concernés.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :