• Fulmar dans les Sporades

        

     

    Après le passage du pont de Chalkis, les 100 milles qui nous séparaient des Sporades ont été parcourus sans traîner.

     

     

     

     

     

     

    Trois étapes seulement pour le golfe d’Eubée-Nord et le chenal d’Orei, où des bancs de méduses « œuf au plat » nous laissaient penser que nous pourrions nous enliser.    

    IMGP4553

    IMGP4554

    IMGP4490

    Mais ici, aux Sporades, pas de méduses, et vive la baignade.

     

     

     

     

    Skiathos, Alonnisos et Skopelos, mouillages et petits ports.

     

     

     

     

    Notre escale préférée a été la dernière, Agnontas sur Skopelos.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    C’est de là que Marie-Françoise, Liliane et Robert ont pris le bus pour embarquer sur le ferry de retour.

    IMGP4497

    IMGP4503

    IMGP4660

    IMGP4588

    IMGP4684

    IMGP4689

    IMGP4719

    IMGP4694

    Je suis toujours à Agnontas, et compte y rester jusqu’à l’arrivée de Simon, Marion, Sara et Florence, le 16 septembre.

    Agnontas n’est pas vraiment un port. C’est une calanque de 100m de large et 300m de long, pins et calcaire, avec un quai tout le long de la côte sud, où vient accoster le ferry lorsqu’il ne peut, par meltem trop fort, rentrer dans le port de Skopelos. Au fond, deux tavernas, une petite plage, quelques maisons, une toute petite supérette, et l’arrêt du bus.

    Sur le quai, trois à cinq voiliers, amarrés en long, et des postes d’eau et d’électricité installés et gérés par la municipalité de Skopelos. Le stationnement du bateau n’est pas payant.

     

    Le bateau peut rester ici tant qu’il n’y aura pas de vent d’ouest qui rendrait l’amarrage inconfortable ou dangereux. Il faudrait alors se replier sur le port de Skopelos, de l’autre côté de l’île.

     

    Les nuits deviennent fraîches et les grandes chaleurs de midi ne sont plus qu’un souvenir. Les conditions sont plus favorables à l’activité. Je mets à profit cette semaine de relâche pour confectionner la capote de descente. Hier, j’ai réalisé les gabarits, avec du polyane tendu sur les arceaux. Aujourd’hui, ce sera la coupe, puis la couture. La semaine sera bien remplie.