• Fulmar fait peau neuve

    Remplacement du tissu de la sellerie intérieure.

    Le tissu d'origine était devenu d'une pauvreté déprimante. Les couleurs (s'il en a jamais eu) étaient passées, les rideaux fondaient en poussière sous l'effet des UV, le contact de la peau nue en été avec le polyester rêche était désagréable. J’ai pris le taureau par les cornes ce printemps. Voilà le résultat :

    Carré Fulmar fait peau neuve
      Fulmar fait peau neuve
    Cabines arrière Fulmar fait peau neuve
    D’abord le choix du tissu : mélange de polyester-coton majoritaire, traité déperlant, de très bonne tenue, matière genre jean, conçu pour les selleries automobile, qui m’a été fourni par le tapissier de Karystos, à 10€ le m². Fulmar fait peau neuve

    26m² de tissu ont été nécessaire, pour les couchettes et assises, les dossiers du carré et les rideaux. 60 heures de travail au total.

    Les rideaux sont doublés, sur leur face extérieure, d’un tissu blanc traité anti-UV.

    J’ai réutilisé les dessous en vinyle existants, ainsi que les fermetures éclair qui étaient en bon état.

    J’ai décousu les anciennes housses qui m’ont servi de patron.

    J’en ai profité pour remplacer les mousses des assises du carré, qui étaient bien défoncées.

    J’ai également rendu amovible par fixation scratch à l’arrière, pour lavage, les demi-boudins des dossiers. Auparavant, le tissu était directement agrafé sur le support contreplaqué. Fulmar fait peau neuve

    Ce qui était le plus délicat, c’était les 6 pièces d’angles, qui m’ont pris le tiers de tout le temps de fabrication. Les évasements en intersection étaient un véritable casse-tête avec ce tissu qui se déforme très peu. Et les anciennes pièces n’ont pas pu me servir beaucoup, étant en tissu extensible.

    Il a fallu travailler sur mesure, sur le « bonhomme », avec bâtis et essayages.

    Fulmar fait peau neuve

    Je vous garantis que je n’avais pas passé autant de temps d’affilée avec mon père, mort il y a 23 ans, depuis l'époque où enfant, je le regardais œuvrer dans son atelier de couture. Les techniques que je n’avais jamais utilisées, seulement observées de nombreuses fois, me sont revenues au fur et à mesure de leur besoin. Les gestes nécessaires se sont imposé à mes mains comme si elles les avaient déjà faits. Je me suis revécu. La mémoire est magique.


  • Commentaires

    1
    Robert
    Lundi 8 Mai à 13:37

    Bravo Roland, c'est très réussi. Quel travail ! Quel résultat !

    2
    Anne-Claire
    Mercredi 10 Mai à 11:04
    Anne-Claire

    Hello Roland!
    Ca fait plaisir d'avoir des nouvelles, car je viens de m'inscrire à la news letter (mieux vaut tard .. ) ! C'est juste magnifique ce que tu as fait là !! Un travail de pro !

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :