• Regard politique

    ... depuis la Grèce

    « Ceux qui condamnent la capitulation de Tsípras pourraient s’interroger sur leur propre capitulation (morale et intellectuelle) face à l’emprise du néolibéralisme. Pourquoi voudrait-on à toute force que les Grecs soient plus révolutionnaires que ne le sont les autres citoyens européens ? » Albert Ogien, Sociologue, directeur de recherche au CNRS, enseignant à l’EHESS — 23 septembre 2015 - Libération

  • Aujourd’hui, jour de l’élection présidentielle au Venezuela, un documentaire dont le sujet est autant le propos lui-même que le fait que cette lecture des faits, cette façon d’en rendre compte puissent nous étonner.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Philosophe québécois, Alain Deneault est auteur de « La Médiocratie » et « Le totalitarisme pervers ».

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Sortir de la morale laborante. Comment, et d’abord, pourquoi ?

    « Sortir les parasols » de Frederic Lordon (vidéo)

    Bourse du Travail, le 27 janvier 2018

     

    Pour que les pendules soient à l’heure, ça ne date pas d’hier que sortir du chômage signifie prendre le travail à un autre, puisqu’il n’y en a pas pour tous, peut-être à un moins compétent (dans l’obtention), mais reste qu’il doit en rester sur le carreau.

    Travailler, accepter cela et s’y soumettre, parfois se débrouiller pour y trouver son/(un) compte, parfois même désirer/(prétendre) s’y (ou par là se) réaliser, à défaut de … (quoi ? – expérimentations, alternatives, au rapport !) …

    …  Travailler, est-ce trahir (de classe) pour ne pas crever, non de faim, mais de possibilité de sentiment d’exister (jusqu’à demain, encore, par pitié !), rapporté à nos capacités (résiduelles ou réacquise ?) de réduction de nos matériels désirs et satisfactions ?

    Réappropriations ? Expérimentations/alternatives à investir les -désertations- du capitalisme : coopératives ? A une époque où tout est possible, même le non-développement (et l’évitement, qu’il permet, du rapport de pouvoir dans l’appareil de production), pourvu que cela sache faire face aux contraintes de liquidités. Réaménagements nécessaires des structures pour qu’elles puissent durer (banques coopératives) ? (mais déjà, fonctionnent toujours encore, les coopératives qui ont su survivre, avec les structures telles qu’elles sont).

    Convoqués = Spinoza, et Bernard Friot.

    Reste = il faut absolument manger, devenir/rester autonome, garder la santé, pouvoir se sentir exister, éviter les niches (continuer son aventure d’humain, jusqu’au bout). On est DANS le jeu.

     

    C’était donc dans le cadre de « Tout le monde déteste le Travail », Bourse du Travail, le 27 janvier 2018, avec Alain Damasio, Alèssi Dell’Umbria, Danièle Linhart, Frédéric Lordon, le syndicat Solidaires, des habitants de la ZAD… Il y était question du travail, avec ceux qui en ont, en cherchent, l’évitent, ou s’organisent au-delà.

    Reportage


    votre commentaire
  • (vidéo)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • à mon avis,  à méditer avant de voter

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Cet article pour relayer la révolte de mon ami Thierry, du bateau Troll, sur son site, et sur sa page Facebook.

    En voici le texte intégral :

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je vote (ou ne vote pas), à ma propre place, pas à la place de ceux qui votent mal ou ont mal voté, c’est le seul possible sens du vote.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  LE MONDE | 04.05.2017 - Par François Ruffin (Candidat « Picardie debout ! » dans la Somme, soutien de Jean-Luc Mélenchon, réalisateur de « Merci patron ! »)

    Dans une tribune au « Monde », le réalisateur estime qu’Emmanuel Macron suscite, dès avant son éventuelle élection, l’hostilité dans les milieux populaires et s’inquiète de l’incapacité du candidat à en prendre la mesure.

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • par Frédéric Lordon, le Monde diplomatique - 3 mai 2017

    Je reproduis ici l'intégralité de l'article, parce que j'adhère entièrement à son propos. Il conclut, pour moi, le débat des commentaires dans front-republicain-on-nous-prend-pour-des-cons. C'est Marie, une lectrice du blog qui a indiqué sa parution. merci Marie, ça aurait pu m'échapper.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Amis, ne désespérez pas ! Avec Thierry et Françoise de Troll, nous recrutons en ce moment une terrible phalange dans les bas-fonds d’Athènes, et réquisitionnons tous les bateaux de plaisance de la mer Egée, puis ce sera cap à l'ouest. Notre formidable armada donnera l’assaut à La Trinité-sur-mer la veille des législatives.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Ceux qui se sont inscrits sur f-jlm2017 avant le premier tour, peuvent participer à http://f-i.jlm2017.fr/consultation_2nd_tour

    J’ai répondu à la consultation : blanc ou nul.

    Les résultats de cette consultation seront rendus publics le 2 mai. Ils établiront combien de soutiens de la candidature de la France insoumise voteront Macron, blanc ou nul, ou s'abstiendront.

    Jean Luc Mélenchon n'appellera pas à voter Macron, lui qui a écrit dans L’ère du peuple, en août 2014, à la page 12 :

    Lire la suite...


    19 commentaires
  • Rappel à la moitié des citoyens le soir de la veille du vote :

    Les candidats face à la rédaction : Jean-Luc Mélenchon, l'interview

    Magasine Elle >Société >Interviews - Publié le 7 avril 2017

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Nous aurons à rendre compte à notre conscience, car cette fois, nous ne sommes pas juste devant des options quasi-équivalentes. Une chance est à tenter, qui ne passera peut-être pas deux fois.

    Attention, pour ceux d’entre nous qui hésitons encore, ne cliquons pas à la légère pour écouter le discours de Mélenchon de Dijon, du 18 avril, car alors nous ne pourrons plus dire que nous n’avions pas été prévenus !

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mise à jour du 21 avril

    Dernière ligne droite de la campagne présidentielle du candidat de la France insoumise

    Cet article sera régulièrement mis à jour tout au long de ce mois.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le programme, ses livrets, son chiffrage, ses soutiens...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mise à jour du 4 avril 2017

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Hamon s’essaie donc également au populiste de gauche au même titre que Mélenchon, même s’il n’en a pas encore l’étiquette officielle, ni le style : comme Mélenchon et comme Sanders, il se réfère aux travaux de Chantal Mouffe, qui elle, pourtant, ne croit pas à la possibilité d'une rénovation du PS et qui affirme que la social-démocratie a vécu.

    Il veut rassembler, maintenant. Qui ?

    Les « socialistes » ? > Les notables du parti oseront-ils aller jusqu’à se déguiser en cœurs-vaillants, en père Noël des opprimés - fouettard des exploiteurs, ou se résoudront-ils à aller quémander la soupe chez Macron ?

    La gauche ? > Lui, ancien frondeur impuissant contre la loi travail ? (Ah! Il a changé!)

    Hamon : Encore un populiste ! un agonistique ! un « Mouffe »iste !

    C’est le drame qui va se jouer dans les semaines qui viennent.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • mais elle ne le sait pas encore ! (chut!)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • "Des types tels que Trump ne peuvent se frayer un chemin que là où ils ne sont pas arrêtés par les tranchées de la société civile organisée, là où règnent la perte de socialisation et la solitude des dépossédés, là où l’on peut dresser l’avant-dernier contre le dernier." (Pablo Iglesias)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Hier 14 octobre, mon ami Thierry Chantrel, sur son site, nous invite à un rare moment de culture civique

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • et quelques autres actualités

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Romaric Godin : « La Grèce, une tragédie française... »

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •       

    Lire la suite...


    3 commentaires
  •             

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un peu d’espoir au Portugal, régionales 2015 et FN, l’après 13 novembre, la Gèce du memorendum III, et autour

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • du 21 septembre, lendemain des législatives anticipées en Grèce, au 24 octobre, lendemain de la visite de Hollande à Athènes (dont on ne dira pas un mot ici)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les Grecs ont-ils mal voté ?

    Tsípras, la victoire en déchantant ?
    Par Albert Ogien, Sociologue, directeur de recherche au CNRS, enseignant à l’EHESS — 23 septembre 2015 - Libération
    « … pourquoi ceux qui se désolent aujourd’hui des souffrances que Syriza va infliger au peuple grec ne s’opposent-ils pas à ces mêmes politiques de privatisation et de dérégulation en vigueur partout ailleurs en Europe, en dénonçant la misère qu’elles engendrent ?...
    Ceux qui condamnent la capitulation de Tsípras pourraient s’interroger sur leur propre capitulation (morale et intellectuelle) face à l’emprise du néolibéralisme. Pourquoi voudrait-on à toute force que les Grecs soient plus révolutionnaires que ne le sont les autres citoyens européens ? »

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Corbyn à la tête du Labour au Royaume Uni avec une large majorité : la bataille pour la démocratie en Europe reprend espoir. Pour ne pas se retrouver pris au dépourvu, lors de la prochaine conjonction entre aspiration populaire et majorité politique de gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, Stefano Fassina, Zoe Konstantopoulou, Yanis Varoufakis, et Oskar Lafontaine s'associent et proposent la tenue, en novembre, d’un sommet international pour un plan B en Europe, ouvert aux citoyens volontaires, organisations et intellectuels. Le processus a été lancé samedi 12 Septembre lors de la Fête de l'Humanité.
    Cette rubrique fait suite à "En Grèce et en Europe : recompositions, fronts et nouvelles alliances" ci-dessous

    du 13 au 20 septembre

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • « Mensonge et barbarie » nous rappelle, émouvant et révolté, Panagiotis Grigoriou
    sur greekcrisis, mercredi 16 septembre
    Après cette intro amère : « Temps gris ensoleillé. La campagne électorale bat son... vide. “À Athènes l'atmosphère est subtile, d'où vient la finesse d'esprit des Athéniens”, écrivait Posidonios d'Apamée, philosophe stoïcien grec, il y a si bien longtemps. Éternelle constante pourtant, la métadémocratie des mémoranda et des empires, ce penchant tragique du monde “gouverné” dicte sa loi. »,
    il publie dans son article le communiqué du 11 septembre, du Centre médical solidaire d’Ellinikón. Quelques extraits du communiqué :
    "Le Parlement européen a décidé de nous attribuer le Prix du Citoyen européen pour 2015, en reconnaissance de la lutte que nous menons depuis près de 4 ans, au bénéfice des abandonnés de l'État officiel, des chômeurs, des patients non assurés, pour enfin bâtir une société meilleure. Cette lutte cependant, a été si nécessaire, justement parce que les politiques appliquées et qui continuent à s’appliquer dans notre pays, sont le résultat direct des pressions et des chantages exercés par le Fonds monétaire international (FMI), la Banque centrale européenne (BCE) et l'Union européenne (UE), ce qui conduit à exclure du système de la santé, plus de trois millions de citoyens, chômeurs, sans abri et démunis…
    Selon une étude de l’Office du Budget de l'État du Parlement, 3,8 millions de Grecs ont des revenus proches du seuil de pauvreté (432 euros par mois et par personne) tandis que 2,5 millions de Grecs vivent en dessous du seuil de pauvreté (233 euros par mois et par personne, ce qui signifie en effet... l'extrême pauvreté). En somme, 58% de la population grecque, soit 6,3 millions de personnes vivent à proximité ou au-dessous du seuil de pauvreté”…
    Cette Europe alors qui veut nous récompenser, semble ne pas être embarrassée face à toutes ces vérités, ni face déjà aux milliers de morts de nos concitoyens exclus du système de santé. Ces décès feront alors bientôt... l’effet boule de neige, puisque le mémorandum III signé par le gouvernement, impose des réductions supplémentaires pour le Système de Santé, à hauteur de 933 millions d'euros dans un premier temps...
    Il serait hypocrite de notre part, que de recevoir ce prix lorsque cette Europe ferme les yeux sur les nourrissons souffrant de malnutrition, sur les patients atteints de cancer déjà morts, devant le regard rempli de désespoir des patients qui souffrent, des mères qui nous racontent leurs histoires terribles quant à l’abandon dont leurs familles sont victimes, vivant sans électricité l'électricité, sans eau courante et avec un minimum de nourriture pour une année de plus…"

    Puis Panagiotis pointe que Zoé Konstantopoúlou, évoquant publiquement son déplacement du 2 septembre au siège de l’ONU, où elle a pris position en faveur d’un audit financier et judiciaire de la dette grecque, et constatant que le gouvernement grec s’est abstenu lors du vote récent sur le sujet des dettes des pays et des fonds rapaces à l’ONU, a rajouté : “Je ne sais pas vraiment ce qui s'est réellement produit durant cette longue nuit de Tsipras à Bruxelles, j'ai essayé d'en savoir plus, impossible, un jour nous le saurons”.

    Lire la suite...


    votre commentaire